Follow by Email

30/09/2014

Rencontre avec le lycée Adrien Zeller (Bouxwiller) - 30 septembre 2014 - lycee-zeller-bouxwiller.fr

Rencontre avec le lycée Adrien Zeller de Bouxwiller 
(30 septembre 2014 à l'Opéra National du Rhin)

Le compte rendu de l'interview


Nous étions un peu anxieux à l'idée de rencontrer un homme qui n'avait pas forcément l'habitude de parler à des étudiants, mais à notre plus grande surprise, Régis Campo parlait avec nous comme s’il nous connaissait, ou comme si, en tout cas, il avait déjà eu à faire à des étudiants. C'est avec humour et légèreté qu'il nous a raconté plusieurs anecdotes à propos de sa composition ou encore de son métier.Il a par exemple évoqué la blessure d’un des chanteurs qui devra se faire opérer des ligaments après le spectacle et qui chante tout en souffrant de sa blessure. Il a parlé du rôle qui était pensé pour un passeur d’âme et de la place que devait d’abord occuper un chien dans cette pièce. Enfin, c’est avec tendresse qu’il a commenté la prestation d’une chanteuse enceinte de quelques mois et pour laquelle il craint toujours quand elle court dans les escaliers comme le prévoit son personnage. Nous avons alors compris que le métier comporte des difficultés et que les acteurs chanteurs, en grands professionnels, ne laissent rien paraître lors de leur prestation.Régis Campo était accessible et réellement amusant, avenant ! 

C'était un beau cadeau que nous a fait Monsieur Campo en acceptant de nous rencontrer.




Voilà un petit aperçu de notre entretien avec Monsieur Campo :

Élèves de 1ere L : Comment se passe votre travail de composition au quotidien ?

Régis Campo : Je suis toujours en veille, ce qui veut dire, qu'importe le lieu où je me trouve

(le métro, la rue,...) j’entends toujours des sons et je peux m'inspirer de n'importe quoi.
Mais compositeur n'est pas réellement un métier pour beaucoup. J'enseigne la composition à des étudiants du Conservatoire. Mais indépendamment de cela, j'ai la chance de vivre
de la composition, une profession que j'exerce comme une passion.

E.1L : Combien de temps avez-vous passé sur la composition de Quai Ouest ?

R.C : En ce qui concerne cet Opéra, j'ai pris deux ans et demi en sachant que pendant environ un an j'ai cherché l'inspiration qu'il me fallait pour créer cette œuvre. Pour chaque chant, il fallait coordonner et retravailler la musique pour que chaque mot sonne bien en paroles chantées. Il faut aussi savoir qu'il m'arrive très souvent de changer d'avis juste avant les répétitions et même pendant ces dernières.


E.1L : Comment s'est passé votre collaboration avec le metteur en scène ?

R.C: C'était un peu compliqué au début, Kristian (Frédric) le metteur en scène ne comprenait pas forcément mes choix car nous ne venons pas du même univers. Pour Kristan Frédric, c’était le premier opéra. Nous avons dû beaucoup échanger pour cet opéra. Le métier est parfois fait de compromis, mais à d’autres moments il faut tenir bon pour que son œuvre soit comme vous l’avez voulue. Le compositeur est important, mais sans metteur en scène je ne peux rien faire, nous sommes donc dépendant l'un de l'autre et travaillons dans l’intérêt de l’œuvre que nous voulons créer. Ici, c’est une création internationale. L’opéra sera ensuite joué à Nuremberg.


E.1L : Concernant votre séjour à la villa Médicis, que pouvez-vous nous en dire ?

R.C : Pour y rentrer, il fallait tout d'abord avoir maximum 35 ans, ensuite il fallait présenter un dossier comportant nos œuvres, et donc il fallait travailler au préalable sinon on ne pouvait pas y entrer car une sélection était faite, et 2-3 personnes étaient choisies. Là-bas j'ai pu composer librement, nous étions totalement autonomes, quelques conférences étaient organisées, et nous pouvions aussi nous promener dans la ville de Rome. D’ailleurs, je suis plusieurs fois allé à la Chapelle Sixtine.


Puis, Régis Campo nous raconte encore une anecdote amusante vécue chez un coiffeur romain.
Avant de nous séparer, il nous encourage à bien applaudir, comme s’il avait déjà le trac pour la représentation du soir....

Pour la 1ère L, Laura et Chloé.


http://lycee-zeller-bouxwiller.fr/wp-content/uploads/2014-2015/interview-regis-campo.pdf


https://twitter.com/Operadurhin/status/516971228318691328/photo/1









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire